Interview

Le Mot du Président

3 Questions à Albin PORQUEZ

Président Directeur Général d’Executive Relocations


Quelles sont les solutions proposées dans le cadre du management de la mobilité ?

S’agissant de structures implantées depuis quelques années sur le marché de la mobilité, elles sont en mesure d’offrir une prestation très complète qui tient compte des cultures et des politiques de mobilité spécifiques à chaque entreprise et à chaque institution.

Les services les plus connus, et les plus incontournables, sont :

Mais il y en a encore beaucoup d’autres comme, par exemple, la gestion du déménagement, la gestion des loyers ou la gestion des départs.

Pourquoi avoir recours à un prestataire de relocation ?

D’un point de vue économique, la démarche est intéressante pour tout type de structure. En effet, la mise en place d’un « service mobilité » permanent implique nécessairement la mobilisation quotidienne de ressources humaines et financières. Aussi, le recours à un prestataire de relocation est un bon moyen, pour les entreprises et les institutions, d’encourager la mobilité de leurs salariés.

Changer de lieu de vie et de lieu de travail constitue une source d’inquiétudes et de stress évidente. La présence d’un professionnel rassure le salarié qui peut rester concentré sur son activité professionnelle, et garantit aux directions des ressources humaines rapidité et efficacité d’intégration.

Nous pourrions être définis comme des « créateurs de tranquillité ».

Comment choisir son prestataire de relocation ?

À mon sens, un bon professionnel de la relocation, c’est celui qui va pouvoir garantir à son entreprise et/ou institution cliente, une continuité de service.

Il doit pour cela, disposer :

  • d’un réseau conséquent,
  • d’une capacité d’intervention humaine importante,
  • et d’une offre étendue couvrant tous les services à la personne.

Par ailleurs, l’aptitude d’une société de relocation à s’engager contractuellement sur des résultats mesurables est également un gage de sérieux.

Autre point sur lequel il faut être vigilant : la capacité des équipes à comprendre les problématiques spécifiques des R.H et le respect de la confidentialité des informations transmises.

Enfin, l’appartenance à certains syndicats ou associations professionnelles garantit un certain code éthique dans la conduite des affaires.